Méditation "Neuvaine de la Salette " 2/

Sixième Jour

« S’ils se convertissent, les pierres et les rochers deviendront des monceaux de blé… » NDS

Notre Dame de Douleur, c’est Marie de La Salette. Marie y a pleuré. Et  tout au long de son apparition, ses larmes ne cessaient pas de tomber, et chaque fois que ses larmes tombent sur la Croix, elles sont changées en lumière. Cela nous pousse à dire que, Marie est en douleur, nous pas pour ses biens mais pour nous les pécheurs… Elle veut que nous soyons conscients de ses larmes…elle veut nos changements.

Pour nous aider à entrer profondément dans cette méditation j’ajoute encore avec l’enseignement du Christ résumant la spiritualité de cette fête et englobant le dessein de Dieu dans l’apparition à La Salette; il est tiré de son Evangile selon Saint Mathieu : « Heureux les miséricordieux : il leur sera fait miséricorde… ». Mt 5,7.

Nous sommes maintenant dans le mois de septembre, mois de Marie réconciliatrice des pécheurs…et quelques mois avant l’ouverture de l’année de la miséricorde. Tout cela nous pousse à répéter toujours que dans la vie chrétienne il faut l’humilité. Marie est venue à La Salette dans humilité totale…ses habits, ses gestes nous montrent cette attitude. Elle est Reine des cieux mais, elle s’est faite petite pour nous montrer ce modèle de vie chrétienne. Il n’y a pas de vraie miséricorde, ou de réconciliation s’il n’y a pas d’humilité… Et ce passage de notre ambition humaine vers l’humilité, c’est que nous appelons aujourd’hui « La Conversion »… « S’ils se convertissent, les pierres et les rochers deviendront des monceaux de blé… »

Alors pour nous aider à vivre cette miséricorde et cette conversion totale, nous allons prendre comme enseignement pour cette fête de la Salette la parole de Jésus disant: « En vérité, je vous le déclare, si vous ne changez et ne devenez comme les enfants, non vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux… » Mt 18,3.

Dieu veut que nous changions de cœur. L’imitation aux enfants est l’un des moyens qu’il nous propose pour arriver à la vraie conversion. Pourquoi ? Parce que, les enfants sont confiants, simples, ouverts, dociles, ils n’ont pas des réserves…. Alors tout au long de cette neuvaine nous avons déjà nos résolutions personnelles, mais c’est bon aussi de méditer ces attitudes enfantines. Elles nous aident à nous expérimenter la vraie conversion ; et cette conversion n’est rien d’autres que le fruit de la miséricorde.

 Comme je vous ai avancé, il y une relation étroite entre la conversion et la miséricorde. Le point commun c’est le cœur. La conversion se trouve dans le cœur de même pour la miséricorde… et ils se manifestent dans des différentes formes dans notre vie. Quand on parle du cœur, il est arrivé directement dans notre pensée l’idée d’amour, de communion, de réconciliation, et surtout cette miséricorde. Alors il ne faut pas oublier que dès nos baptêmes Dieu nous a donné déjà les germes de ces vertus, Dieu les a placé dans nos cœurs, et nous avons le devoir de les soigner, de les multiplier. Dieu est le vigneron Il est celui qui a planté…et Jésus, son Fils est la vraie vigne et nous avons le devoir de soigner ces dons du Père, en nous laissant illuminer par l’Esprit Saint.

Pour cela, Dieu veut que tout son peuple soit nourri par une même vie. Il veut que nous soyons UN, unanimes, dans l’amour et dans la miséricorde car tout vient de Lui, tout est pour Lui et tout va vers Lui ; Lui qui est l’initiateur de la vraie vie pleine d’amour. Donc il est la source de Paix et de Joie…pour notre famille, notre société, notre Eglise…notre amitié. Mais souvent nous rejetons cette vie. Alors, nous avons besoin de la conversion… il faut que le monde quitte du cœur de pierre en cœur de chair, le nouveau cœur qui peut produire, 30%, 60%,100%

Marie à La Salette, nous a dit cela comme nous le savons : « S’ils se convertissent, les pierres et les rochers deviendront des monceaux de blé… ». La conversion est difficile parce qu’elle demande de détachement, d’humilité, de renoncement… Alors, laisser Dieu travailler nos cœurs, laisser lui changer nos caractères, nos attitudes et nos habitudes, il veut nous transfigurer en enfants pleins de confiance, d’espérance, et d’amour.

Familles, Dieu vous aime !!! C’est sûr que Dieu vous aime familles ici présentes,  Il veut notre bonheur, et celle de cette famille. Convertissons-nous. A La Salette Marie nous montre une nouvelle fécondité rendue possible aujourd’hui : « S’ils se convertissent, les pierres et les rochers deviendront des monceaux de blé… »

Contemplons chaque chose de notre vie de famille ou personnelle ou…à la lumière de la foi. Dieu notre père est présent en chaque membre de nos familles, ouvrons nos cœurs, demandons lui la persévérance. Mettons-nous devant lui et prions pour qu’il diminue nos occasions de chute. Comme Saint Paul on vous demande : Qui pourra nous séparer de lui ? Son Amour ? La détresse ? L’angoisse ? La persécution ? Le dénuement. Les dangers ? Rien !!! Car Dieu est amour et salut.

Notre Dame de la Salette, enracine notre famille dans la paix, l’amour, la sérénité et l’entente. Que nous vivions tous en harmonie, comme la sainte famille de Nazareth. Marie, notre mère, aide-nous à dire oui au Seigneur. Amen

Septième jour

« Faites-vous bien votre prière ? Il faut bien la faire, mes enfants soir et matin, ne direz-vous qu’un Pater et un Ave Maria quand vous ne pourrez pas mieux faire. Quand vous pourrez mieux faire, dites-en davantage… » NDS

En ce septième jour de cette neuvaine, Marie examine la place de la prière dans notre vie…et elle veut savoir comment nous prions…et enfin elle veut nous proposer la manière simple et respective pour faire la prière. Marie est réaliste, Marie est compréhensive…elle sait bien notre situation d’homme.

D’abord, il est bien de définir dès au commencement de ce partage ce qu’est la Prière. La prière c’est une rencontre avec Dieu. La prière n’est pas et ne sera jamais comme une attitude humaine qui veut se montrer devant le public. Pour nous les Chrétiens : La prière est une rencontre, un entretien personnel avec celui qui a donné sa vie par amour pour nous sur la croix : Le Christ Jésus !

La prière, est aussi  une grâce pour nous, les hommes, l’être humain; parce que par la prière nous avons la possibilité de (re)charger nos forces pour faire face à notre mission d’hommes pèlerins. Les autres créations se développent et avancent selon l’instinct ou l’ordre biologique, mais nous, l’être humain, nous avons l’esprit, nous avons la liberté, nous avons le choix, et tout cela  nous pousse à prier.  La prière est donc considérée comme un ressort qui nous pousse dans toutes nos dimensions à monter vers Dieu.  Voilà ce qu’est la prière, en résumé il y a cinq types de prière dont nous devrons faire chaque jours : la prière de louange, la prière de Pardon, la prière d’adoration, la prière de La Demande, la prière d’action de grâce.

 Marie dans  son message, au nom de Dieu, nous demande : « Faites-vous bien votre prière mes enfant ? » Alors, Dieu nous appelle, à travers l’intervention de la mère de son fils, de remettre au centre de notre vie sa présence et sa puissance.  Et la prière, est un moyen favorable et incomparable pour y mettre en évidence cette présence. A partir de cette explication, Marie à son tour pourra nous demander autrement par cette question : « Est-ce que vous mettez le Christ au centre de votre vie, mes enfants ?… Pas guère madame !!!, et elle reprend : Il faut le mettre, non pas seulement au centre de votre vie personnelle mais surtout au centre de votre vie de Famille, car Dieu vous aime mes enfants… »

Dans la prière, ou dans cette rencontre, il ne faut pas faire des triages, (notre problème est que nous filtrons ce que nous allons dire à Dieu ou à Jésus pendant notre prière). Marie notre mère, comme Dieu, connait en détail notre vie d’homme, quand on sort et quand on entre, elle est au courant de tout. Le psaume 139 nous dit cela : « Seigneur, tu m’as scruté et tu connais, tu connais mon coucher et mon lever ; de loin tu discernes mes projets ; tu surveilles ma route et mon gîte, et tous mes chemins te sont familiers… » Elle sait que pas mal de problèmes nous attendent,  et  elle reste à côté de nous pour observer, et intervenir, comme elle était à La Salette… Elle sait que nous ne trouvons pas même un petit moment pour nous mettre au repos…à cause de la mission confiée à chacun de nous… Elle sait que, chaque jour nous diminuons notre temps de prière… et voilà pourquoi, aujourd’hui, elle intervient et dit : « Il faut bien prier, mes enfants soir et matin… au moins un Notre Père et un Je vous salue Marie, matin et soir… »

Enfin, pourquoi, elle a bien souligné ces deux prières ? Un Notre Père et Un Je vous salue Marie… ? C’est parce que Le Notre Père est la plus belle des prières. Elle est la prière enseignée par Jésus, prière des disciples du Christ. Et une prière qui résume tout : La demande, l’adoration, le pardon, action de grâce, la louange… Elle résume également les devoir que nous devrons faire auprès de Dieu et auprès de nos prochains chaque jour.  Et puis le Je vous salue Marie, c’est la prière de l’ange. L’ange qui demande toujours le OUI de Marie, pour que le Verbe se fasse chair dans la vie du monde. Et par cette prière, nous aussi nous demandons à Marie son OUI pour le salut et la victoire de notre vie quelque soit notre situation.

Pour résumer, pour La Salette, Un « Notre Père » et « Un Je vous salue Marie » peuvent nous procurer des grâces mais il faut les faire avec conviction, avec la foi, avec respect et surtout avec amour. Pour nous tous, la réponse de Marie ne change pas quand nous lui demandons par ces prières : «  Me voici, je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi… et pour toi comme tu l’as dit… » Lc1,38

Alors ensemble, en famille ou en groupe, personnel ou en Eglise, prenons des bonnes résolutions, pour prier avant de prendre des décisions importantes… mettons-nous toujours en présence du Seigneur et demandons toujours l’intercession de notre Mère en mettons-nous en priant. Gardons confiance en Dieu et remercions-le pour toutes grâces obtenues.

Notre Dame de La Salette, Réconciliatrice des pêcheurs aide-nos familles à comprendre la bonté et la fidélité en la parole de Dieu. Marie apprend-nous à vivre les uns et les autres dans l’amour en famille.

 

Huitième Jour

« Vous Maximin, votre père vous donna un morceau de pain, vous étiez au Coin, en vous disant : Tiens mon enfant, mange encore du pain cette année, car je ne sais qui en mangera l’an qui vient, si le blé continue à se gâter comme ça,… Ah ! Oui Madame. Je m’en souviens maintenant. Tout à l’heure, je ne m’en souvenais pas. »NDS

Ce message de Marie s’adressant directement à Maximin et à son Père nous montre que Dieu s’intéressent à notre vie. Comme monsieur Giraud se soucie de Maximin, Marie à La Salette se soucie du demain de son peuple, de chaque famille, se soucie de l’avenir de l’Eglise de son fils. Se soucier de son prochain, et de la mission de l’Eglise, ne serait-ce pas un appel pressant de Marie à La Salette? Elle nous surveille toujours.

En ce huitième jour de notre neuvaine, il est bien de rappeler la situation du père de Maximin au moment de l’apparition à La Salette.

Monsieur Giraud, père de Maximin, charron de son métier, n’avait plus besoin de Dieu depuis longtemps, on ne juge pas, mais il est bien de dire qu’il était parmi ce que Marie nous a dit : « ceux qui mènent les charrettes ils ne savent pas jurer sans mettre le nom de mon fils au milieu… ». Au début, quand Maximin lui raconte cette apparition, il ne veut rien savoir. Puis il entend dans le récit de son fils  que Marie ne le juge pas, mais partage son souci de père de famille, angoissé de ne plus pouvoir donner de pain à son enfant. Alors, après avoir réfléchi cette attitude Marie, il était bouleversé puis, il découvre de Dieu de tendresse. Puis enfin, sa vie était profondément transformée, si bien qu’il ne fera plus travailler ses ouvriers le dimanche. C’était la conversion de Mr. Giraud… La famille de Giraud présente nos familles, Elle est l’aimée de Dieu…

La Salette c’est une grâce de Dieu offerte à l’Eglise… La Salette pourra changer ceux qu’ils veulent l’entendre et l’accueillir… Entendre et accueillir les messages à La Salette c’est se laisser se convertir à Dieu. Monsieur Giraud, il est le témoin. Et nous, nous avons ce message, nous avons l’Eglise, nous avons cet église dédiée à NDS…nous ne devrons pas attendre Marie intervenir, apparue, devant nous pour être converti… Tout ce qui est prêché dans cette église, tout ce qui la témoigne doivent être  des signes pour nous aider à la conversion : nous pouvons prêter la profession de foi de l’officier romain qui était auprès de Jésus : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit : dis seulement un mot et mon serviteur sera guéri…» Mt8,8.

Dieu nous parle à travers l’Eglise, à travers nos prochains, à travers nos consciences, à travers les signes de temps…Si nous sommes bien attentifs… dociles,… nous serons guéris, nous sommes sauvés.  On peut dire aussi maintenant que notre église, (même nous pouvons préciser : cette église de Pont Yves), nos prochains, nos entourages, la nature sont des dons de Dieu pour chacun de nous…pour notre famille…pour le monde… Ecoutez-les, respectez-les.

« Tiens mon enfant, mange encore du pain cette année, car je ne sais qui en mangera l’an qui vient, si le blé continue à se gâter comme ça… »

Le papa de Maximin était dans le désespoir total pour l’avenir de ses enfants…Quand on est loin de Dieu la désespérance règne. Remarquons que ceux qui n’ont pas de Dieu comme Seigneur, ceux qui n’ont pas sa Parole comme référence tombent facilement dans le désespoir, car ils n’ont pas de recours.  Marie  a rappelé cela dans son apparition///  non pas pour mettre l’accent sur ce désespoir, mais elle a pris ce dialogue du Papa à son fils pour souligner qu'elle tient dans son cœur tous nos problèmes.

A nos jours, à la télé, dans les journaux, ou dans les différents débats à la radio, nous disent que la situation actuelle est en danger… les immigrants, la guerre, la famine, les maladies, l’insécurité, le chômage,…le trouble climatique,…l’inondation…les soucis des parents dans l’éducation des enfants, le désarroi des enfants devant les divorces, les séparations, l’incompréhension devant l’impossibilité de se loger,...Les jeunes ne viennent plus à l’Eglise, la diminution de la vocation sacerdotale ou religieuse…  Voilà les différentes difficultés du monde d’aujourd’hui, les problèmes des familles actuelles, problèmes de l’Eglise. Nous les chrétiens osons des défis… Dieu est là, il est présent devant toutes les difficultés… Tournons-nous vers lui…implorons son aide… « Je ne sais qui en mangera l’an qui vient, si le blé continue à se gâter comme ça… »

Comme la pécheresse qui était venue auprès de Jésus, n’ayez pas peur d’exposer devant lui ce que nous sommes…ce que nous vivons,… elle couvrait de baisers les pieds de Jésus ; elle  répandait sur eux le parfum …elle les a essuyé  avec ses cheveux…c’est à cause de ce démarche qu’elle a eu le pardon, elle a eu la grâce. Le monde actuel a besoin du pardon, de grâce de Dieu…car il y a de déséquilibre…il y de manque de foi, il y a de manque de confiance… manque d’ouverture…, parce qu’il y a des fautes commises,… Notre monde a besoin d’amour… Egalement, présentons à Dieu notre vie, même les plus secrets de notre être… il est notre salut et notre réconfort… notre confiance et d’assurance.

Dans la famille, dans le groupe, dans les quartiers, allons ensemble apprendre les gens qu’en dehors de la protection de Dieu il n'y a point de Paix et de Joie permanente.

Notre Dame de La Salette, renouvelle notre confiance, fais-nous voir le visage de Dieu dans le Monde qui nous entoure, qui nous conditionne. Prends les sous ton manteau protecteur qu’ils se confient à toi, même ceux qui ne te connaissent pas encore et surtout ceux à qui auront manqué l’amour d’un père ou d’une mère. Que la grâce du Seigneur, oriente les pensées et les actions des époux vers le plus grand bien de leurs familles. Que les sacrements soient plus forts que toutes les crises et les faiblesses que connaissent nos familles. Amen

Neuvième Jour

« Eh bien, mes enfants, vous le ferez passez à tout mon peuple »NDS

Au terme de cette neuvaine avec le thème : « Familles, Dieu vous aime »…Marie envoie notre famille en mission. Marie nous rappelle par deux fois que tout chrétien est envoyé : « allons, mes enfants, faites le bien passer à tout mon peuple ». « Avancez mes enfants ! N’ayez pas peur… » car le champ de mission est encore disponible…  « La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux… » Lc10, 2.

! La Salette c’est un lieu pour se recueillir, lieu pour prendre les décisions pour la vie, lieu pour puiser la force, pour obtenir des grâces ; lieu pour avoir des conseils pour mieux vivre la Parole, les sacrements et la volonté de Dieu.

Nous sommes maintenant dans l’ambiance de fête de La Salette, elle ne doit pas se séparer de moment de conversion, moment de changement radical. Elle est à la fois un moment favorable pour le partage.  Un temps pour réfléchir comment pouvoir nous collaborer pour la promotion des enfants de Dieu … « Eh bien, mes enfants, vous le ferez passez à tout mon peuple … » et j’ajoute pour nous aider à revivre cette apparition, je prends la recommandation de Jésus disant aux siens par rapport à la parabole du bon samaritain: « Va, et toi aussi fais de même… » Lc10, 37

Nous remercions Dieu de nous avoir accordé toutes les grâces en venant ici pour cette fête…Mais ailleurs, à nos cotés, dans nos familles, il y a des malades, des handicapés, des personnes âgées, des gens qui sont au service des malades ou de la sécurité publique…ils voudraient venir ici pour goûter ces grâces de Dieu mais ils ne peuvent pas à cause de leur maladie, leurs occupations, leurs âges…, pour cela nous qui sommes ici,  nous devrons porter auprès d’eux, le soulagement, l’espérance, les grâces, la joie… c’est la raison pour la quelle Marie nous dit : « Eh bien, mes enfants, vous le ferez passez à tout mon peuple » c’est-à-dire donnez à tous ceux qui n’ont pas de possibilité, les grâces de La Salette…

La Salette, c’est la grâce de Dieu offerte gratuitement à tous…elle se manifeste dans la communion, le réconfort, les sacrements…n’est-ce pas tout cela la finalité de tout ce que la Belle Dame nous a dit dans cette Sainte Montagne ? Maximin et Mélanie ont accompli leur mission…nous sommes les témoins. Et à partir d’aujourd’hui, nous entamons les nôtres,  comme actes de bienfaisance, actes de charité, c’est à chacun de nous de l’accomplir à notre tour pour les délaissés, les malades, les pauvres… «Va, et toi aussi fais de même…»

  • Va, et toi aussi fais de même comme Maximin et Mélanie d’apporter la bonne nouvelle à tout le monde en commençant dans ta famille.
  • Va, et toi aussi fais de même comme le bon samaritain qui a su soigner son prochain sur le chemin vers Jérusalem.
  • Va, et toi aussi fais de même comme tous les hommes et les femmes engagés dans l’Eglise et dans les sociétés  pour le bien des autres…
  • Va, et toi aussi fais de même comme les femmes converties dont l’évangile vient nous parler, reste avec confiance et assurance à la suite de Jésus.

« Famille, Dieu vous aime ». Soyons donc des missionnaires zélés et joyeux. Osons porter la Bonne Nouvelle avec joie. La Joie de La Salette, c’est la joie des convertis. Notre témoignage doit conduire nos proches à rencontrer personnellement Jésus dans le sacrement d’amour (sommet de tous sacrements). Que chacun de nous avec notre famille, nous engagions dans des associations ou des groupements de service ou dans des associations caritatives.

« Eh bien, mes enfants, vous le ferez passez à tout mon peuple »

Notre Dame de La Salette, donne-nous cette force de la foi pour que nous soyons des témoins de ta présence auprès de nos enfants. Fais-nous les témoins de la bonne nouvelle et rappelle-nous que le Royaume de Dieu est tout proche. Conduis-nous à la Vie éternelle. Amen

 

Père ROMUALD

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 14/10/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site