Fête du Saint Sacrement

Fête du Saint Sacrement

Ouverture /C'est le Seigneur lui-même qui nous invite à prendre place à la table où il donne son corps pour nous faire vivre. Nous avons répondu à son invitation. Mais quelle faim avons-nous de ce pain qu'il nous partage ? Alors que nous sommes rassasiés de préoccupations de toutes sortes, faisons place à Dieu et reconnaissons que nous sommes pécheurs.

Prière d'ouverture /Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement, tu nous as laissé le mémorial de ta Passion : donne-nous de vénérer d'un si grand amour les mystères de ton corps et de ton sang. que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta rédemption. Toi qui règnes avec le Père.

Lire les textes ICI

Hymne eucharistique

Le voici, le pain des anges,il est le pain de l'homme en route,le vrai pain des enfants de Dieu,qu'on ne peut jeter aux chiens.

D'avance il fut annoncépar Isaac en sacrifice,par l'agneau pascal immolé,par la manne de nos pères.

Ô bon Pasteur, notre vrai pain.ô Jésus, aie pitié de nous,nourris-nous et protège-nous,fais-nous voir les biens éternelsdans la terre des vivants.

Toi qui sais tout et qui peux tout,toi qui sur terre nous nourris,conduis-nous au banquet du ciel et donne-nous ton héritage, en compagnie de tes saints. Amen.

Alléluia Tu es le pain vivant venu du ciel, Seigneur Jésus. Qui mange de ce pain vivra pour toujours. .

Avons-nous encore faim ?

"Le Seigneur t'a fait connaître la pauvreté, il t'a fait sentir la faim", disait le livre du Deutéronome. Faim et pauvreté, ce sont presque des mots que nous avons oubliés, même si nous connaissons par les médias l'existence de ceux qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté. Mais ce ne sont souvent que des mots pour nous qui avons perdu le souvenir d'un corps hurlant sa faim et sa soif. Nous sommes rassasiés de pain, abreuvés de vin, alors comment l'Evangile pourrait-il nous toucher ? Jésus disait : "je suis le pain vivant". Comment de pas répondre : "Non, merci, je n'ai plus faim !"?

Manger pour vivre, nous le faisons souvent, il nous arrive aussi de manger pour le plaisir. Les repas sont des éléments vitaux dans notre vie : repas de fête ou repas ordinaire... Ce que le Christ nous promet en se présentant comme notre nourriture, c'est la vie éternelle.

Le Christ est notre nourriture. Mais l'habitude d'une pratique de chaque dimanche n'a-t-elle pas affadi la vigueur de cette parole ? La communion au Corps du Christ n'est pas le simple partage d'un objet qui donnerait un fluide particulier ; elle est avant tout la rencontre avec le Vivant qui se met en quête de l'homme.

La véritable faim de notre humanité ne serait-ce pas le fait de ne plus découvrir Dieu présent dans chacune de nos vies ? Sachons creuser notre faim : découvrir autour de nous, mais aussi en nous ce manque ou cette absence de Dieu.

Le Christ est présent dans nos vies. Il nous invite à devenir des chrétiens incarnés, capables de partager, comme lui la vie des autres hommes. Il nous demande de veiller à ce que notre communion soit efficace. Ce qui importe, c'est de vivre en hommes véritables, unis à l'humanité qui souffre, qui cherche, qui doute, qui se réjouit, qui espère...

Si notre vie est elle-même chargée de ce poids d'humanité, nos célébrations dominicales ne seront plus ennuyeuses, elles seront réellement communion au Corps vivant du Christ ressuscité, elles seront la source d'une vie nouvelle, la vie même de Dieu.

Prière universelle

"Celui qui mange de ce pain vivra éternellement". Avant de partager le pain de l'eucharistie, que notre prière pour tous les hommes soit déjà l'annonce d'un monde nouveau.

- Pour ceux qui éprouvent dans leur corps la faim et la soif, pour ceux qui travaillent à une répartition plus équitable des richesses, nous te prions, Seigneur.

- Pour ceux qui sont rassasiés de nourriture et de bien, pour ceux qui éveillent au coeur de l'homme la soif de paix et de justice, nous te prions, Seigneur.

- Pour ceux qui doivent se cacher quand ils célèbrent l'eucharistie, pour ceux qui sont privés d'eucharistie, en raison de l'absence de prêtres, nous te prions, Seigneur.

Seigneur, tu t'es mis en quête de l'homme et tu n'as pas d'autres chemins que les nôtres pour nous dire ton amour. Ouvre nos coeurs pour le partage et nous poserons des gestes qui font vivre. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

 

Prière sur les offrandes /Accorde, Seigneur, à ton Église les biens de l'unité et de la paix, dont nos offrandes sont le signe dans le mystère eucharistique. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Préface /Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant, par le Christ. notre Seigneur.

Dans le dernier repas qu'il prit avec les Apôtres, afin que toutes les générations fassent mémoire du salut par la croix, il s'est offert à toi, comme l'Agneau sans péché, et tu as accueilli son sacrifice de louange. Quand tes fidèles communient à ce sacrement, tu les sanctifies pour que tous les hommes, habitant le même univers, soient éclairés par la même foi et par la même charité. Nous venons à la table d'un si grand mystère nous imprégner de ta grâce et connaître déjà la vie du Royaume.

Voilà pourquoi le ciel et la terre t'adorent : ils chantent le cantique de l'Alliance nouvelle, et nous-mêmes, unissant notre voix à celle des anges, nous t'acclamons : Saint...

Prière après la communion /Fais que nous possédions, Seigneur Jésus, la jouissance éternelle de ta divinité, car nous en avons ici-bas l'avant-goût lorsque nous recevons ton corps et ton sang. Toi qui règnes...*

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×